chirurgie esthétique et plastique : liposuccion grenoble
chirurgie esthétique grenoble liposussion prothèse mammaire

Abdominoplasties

Fiche d’information éditée par le Docteur Frédéric Duroure, mise à jour le 21/01/2009.


La chirurgie plastique et esthétique de la paroi abdominale a fait des progrès déterminants qui permettent de proposer un traitement adapté aux différentes catégories de déformation abdominale.
Lorsqu’il existe une distension de la peau abdominale une lipoaspiration isolée sera insuffisante et il faudra recourir à une plastie abdominale ou abdominoplastie.
L’abdominoplastie vise à corriger les modifications de la morphologie abdominale consécutives aux grossesses ou à des variations importantes de poids. Les objectifs sont triples :

Corriger l’excès de peau lié à la distension cutanée secondaire aux grossesses ou à un amaigrissement.

Corriger les zones éventuelles de surcharge graisseuse par lipoaspiration, en sachant que l’abdominoplastie ne doit pas être effectuée en cas de surcharge pondérale notable et que l’amaigrissement doit être effectué avant l’opération. Le poids doit rester stable après l’opération afin de garantir un résultat stable dans le temps.

Corriger la distension de la paroi abdominale appelée diastasis des muscles grands droits. Il peut s’y ajouter une hernie voire une éventration qui demandera une réparation spécifique.


Cette opération peut bénéficier d’une prise en charge par la sécurité sociale lorsqu’il existe un tablier abdominal recouvrant le pubis (peau de l’abdomen retombant sur le pubis) ou s’il existe une hernie de la paroi abdominale antérieure. 

Avant l’opération :

Comme avant toute opération de chirurgie plastique ou esthétique, une réflexion personnelle et une information complète sur le résultat envisageable et les risques de l’opération sont primordiales. Le délai légal minimal de réflexion est de 15 jours, en sachant qu’en pratique il est plus long afin de prendre le temps de la réflexion. Plusieurs consultations sont nécessaires avec le chirurgien, des cas cliniques peuvent être montrés afin de préciser les cicatrices et d’évaluer les résultats à court, moyen et long terme.
Cette opération doit être envisagée lorsque la patiente ne désire plus de grossesse.
En cas de surcharge pondérale un amaigrissement doit être effectué avant l'opération.
Une consultation d’anesthésie doit être faite au plus tard 48 heures avant l’opération, des examens complémentaires peuvent être demandés par le médecin anesthésiste.
Un scanner abdominal sera effectué s’il existe une hernie ou une éventration.
L’arrêt du tabagisme actif et passif au moins un mois avant et après l’opération est indispensable en raison des risques de retard de cicatrisation voire de nécrose qu’il peut occasionner.
L’arrêt des médicaments contenant de l’aspirine 10 jours avant et après l’opération est nécessaire en raison des risques de saignement.

L’opération :

Durée opératoire : 2 heures.
Anesthésie : générale.
Hospitalisation : 3 à 4 jours.

L’intervention la plus souvent effectuée consiste à enlever un croissant de peau allant du pubis jusqu’à l’ombilic, puis à redraper la peau vers le bas et à replacer l’ombilic en bonne position au niveau de la peau abaissée.

liposuccion prothèse mammaire chirurgie esthétique

Cette technique associe une cicatrice passant au bord supérieur des poils pubiens et se prolongeant au niveau des plis de l’aine, ainsi qu’une cicatrice autour de l’ombilic. La longueur de la cicatrice sera d’autant plus grande que l’excès cutané est important.

prothése mammaire lifting liposuccion



Dans les cas où l’excès cutané est modéré, un minilifting abdominal sera mieux adapté, consistant à redraper essentiellement la peau sous-ombilicale et nécessitant uniquement une cicatrice sus-pubienne.

chirurgie esthétique grenoble liposuccion lifting

Lorsqu’il existe une cicatrice de césarienne, celle-ci est réutilisée pour l’abdominoplastie.
La remise en tension musculaire est effectuée par un rapprochement des muscles grands droits de l’abdomen allant du pubis jusqu’au sternum.
Si une lipoaspiration est nécessaire, elle sera effectuée au niveau des régions lombaires pour affiner la taille et au niveau de la région sus-ombilicale.

Les suites opératoires :

Au réveil, vous serez installée en position demi-assise afin de limiter la tension au niveau des cicatrices.

Les douleurs sont surtout liées à la réparation musculaire, un traitement antalgique et décontracturant musculaire est prescrit.

Le premier lever est le lendemain de l’opération, en raison de la tension sur les cicatrices vous marcherez courbée vers l’avant. Au bout de quelques jours, vous pourrez vous redresser complètement.

Les drains mis en place au niveau de la zone opérée sont enlevés lorsqu’il n’y a plus de saignement, généralement au 3ème jour après l’opération.

Une gaine de maintien abdominal est mise en place pour une durée de 6 semaines, elle est prescrite avant l’opération. Celle-ci permet de maintenir la réparation musculaire et d’aider à la résorption de l’œdème. Une hydratation cutanée par crème est nécessaire pendant toute la durée du port de la gaine.

La prévention des risques de phlébites est assurée par la prescription de bas de contention pour une durée minimale de 8 jours, pouvant être associé en fonction des cas à des injections d’anticoagulant.

Les pansements sont effectués tous les 3 jours les deux premières semaines.

Les fils sont soit résorbables, soit retirés trois semaines après l’intervention.

L’arrêt de l’activité professionnelle est généralement de 2 à 4 semaines, en fonction du type d’intervention effectuée.

La reprise des activités sportives faisant travailler les muscles abdominaux se fait progressivement trois mois après l’intervention.

La protection des cicatrices du soleil est nécessaire la première année.

Il existe les premiers mois une insensibilité de la peau comprise entre la cicatrice sus-pubienne et l’ombilic. La sensibilité va réapparaitre dans un délai de 3 à 12 mois, il peut cependant persister des zones d’insensibilité.



Le Résultat :

Une surveillance régulière par le chirurgien est effectuée jusqu’à l’obtention du résultat final. Le bénéfice est à la fois morphologique avec la correction de l’excès cutané et graisseux, mais également fonctionnel lié à la remise en tension des muscles de la paroi abdominale.

Le résultat sur la morphologie de l’abdomen est obtenu en 6 mois à un an. Les premiers mois, il existe un œdème au-dessus du pubis qui disparaît progressivement.

Le résultat final au niveau de l’aspect des cicatrices est atteint au moins un an après l’opération. Les cicatrices peuvent devenir rouges au bout de 2 mois, puis elles vont blanchir et devenir moins visibles en quelques mois.

Le résultat sera maintenu par la pratique quotidienne d’exercices abdominaux et par le maintien d’un poids stable.



Les imperfections de résultat:

Visibilité des cicatrices, élargissement.

Asymétrie de hauteur de la cicatrice sus pubienne.

Ascension du pubis.

Déformation de l’ombilic.


Ces imperfections de résultat sont peu fréquentes en pratique. Elles sont généralement accessibles à une « retouche » chirurgicale qui sera effectuée au moins un an après l’intervention, le plus souvent sous anesthésie locale.

Les complications envisageables :

Risques anesthésiques : lors de consultation pré-opératoire, le médecin anesthésiste informera le patient des risques anesthésiques. Les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces vingt dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout lorsque l’intervention est effectuée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

Risques thrombo-emboliques : les risques de phlébite ou d’embolie pulmonaire sont rares en raison d’une prévention adaptée comprenant un lever précoce, le port de bas de contention et éventuellement un traitement anticoagulant.

L’hématome : est lié à un saignement au niveau de la zone opérée, il se manifeste par une augmentation de volume de l’abdomen associée à des douleurs. La prévention est assurée par l’arrêt des médicaments augmentant le saignement (Aspirine….), la coagulation des vaisseaux pendant l’opération et la mise en place de drains au niveau de la zone opérée. Il est par conséquent rare, si il survient il nécessite généralement une intervention visant à évacuer l’hématome et à replacer un drain. Il survient généralement les premiers jours après l’opération et ne laisse aucune conséquence s’il est traité rapidement.

L’épanchement lymphatique : il se manifeste par une augmentation de volume de l’abdomen, avec sensation de liquide sous la peau. Sa survenue est peu fréquente, le traitement consiste à effectuer une ou plusieurs ponctions du liquide. Il ne laisse généralement aucune conséquence.

L’infection : est rare, elle nécessitera un drainage chirurgical et un traitement antibiotique.

Risques de retard de cicatrisation, voire de nécrose cutanée. Ils sont rares et très souvent liés au tabagisme. Une prévention est assurée par l’arrêt systématique du tabagisme actif et passif, ainsi que par la réalisation d’un geste chirurgical adapté, limitant la tension sur les cicatrices.

 

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais seulement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.

 

 

 

Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique
5, rue Félix Poulat 38000 Grenoble
Tél: 04 76 87 23 44 - Fax : 04 76 87 17 13
Mentions légales - Réalisation Kreatys